La communication orale.

JEAN PIERRE NDOUMBE BELLO vous raconte l’histoire du Peuple BANKON, à travers la communication orale, des écrits coloniaux allemands, anglais et français, et aussi bien entendu de ses connaissances d’investigations historiques.

J'aimerais dans un premier temps, essayer de dissuader discordes et polémiques autour de l'authenticité historique de l'ensemble du peuple "sawa". La vraisemblance historique n'existe pas, cependant nous pouvons faire des approches à travers des témoignages occultes et frustrés.

Si vous me permettez, je vais faire un bref aperçu analogique sur le mot ou nom "DOUALA", qui étymologiquement en langue locale, s'écrit "DUALLA" et se prononce " DU-ALLA" et qui signifie "frère, vas de l'avant!". Vous comprendriez que "DU" veut dire; Frère, cousin, ami etc. et "ALLA"; pousser, partir, progresser, avancer etc. Les sources de ce nom que porte la plus grande ville économique du Cameroun est liée aux activités quotidiennes de l'ensemble du peuple côtier ou sawa, activités basées essentiellement sur la pêche, et parlant de cette dernière, nous voyons dans un premier lieu, l'outil de base qu'est la pirogue. Notamment pour ceux qui ont eu l'opportunité de vivre de près ou de loin le fameux projet culturel de traditions côtières, entre autre la langue "DUALLA" connu par; "NIMÈLÈ BÔLÔ" en savent quelque chose. 

Donc "DUALLA" comme nom de ville n'émane pas d'une généalogie familiale comme nous inculque l'histoire politico-coloniale, comme par exemple; Bonaléa qui veut dire " famille de Léa" ou Bonasamè ou bonasama; famille de Samè ainsi de suite. Donc en guise d'une conclusion logiquement généalogique, les Dualla ne sont pas un peuple.

Alors qui sont-ils les Dualla? 
Quel rapport il y a-t-il entre le peuple Bankon et les Dualla?

Ces deux questions nous émergeront dans les profondeurs historiques des côtiers en général et en particulier du peuple Bankon. Affaire à suivre....

273030_257488107600753_1199564_o